Leratiomyces squamosus, identification de la tête ronde élancée

Embranchement: Basidiomycota - Classe: Agaricomycètes - Ordre: Agaricales - Famille: Strophariaceae

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Toxicité - Identification - Sources de référence

Leratiomyces squamosus - Tête ronde élancée, nord-ouest de la France

Vu du haut, ce joli petit champignon pourrait facilement être confondu avec le Sulphur Touft Hypholoma fasciculare , mais il a un anneau de tige substantiel et persistant.

Distribution

La tête ronde élancée Leratiomyces squamosus var . squamosus est une découverte occasionnelle en Angleterre, en Écosse, en Irlande et au Pays de Galles (où elle est observée très occasionnellement dans l'est). Leratiomyces squamosus var . thraustus est une découverte beaucoup plus rare en Grande-Bretagne et en Irlande, où il n'a pas de nom anglais généralement accepté. La variété autonome est assez courante dans les forêts de feuillus et mixtes en Allemagne, en Pologne, en France et dans plusieurs autres pays d'Europe centrale et continentale; c'est aussi une découverte occasionnelle en Scandinavie et dans certains pays méditerranéens ainsi qu'en Afrique du Nord. Leratiomyces squamosus var . Thraustus semble être la variété la plus répandue en Amérique du Nord, où les deux variétés sont connues.

Dans les régions côtières chaudes de la France, Leratiomyce squamosus recouvre parfois le sol de la forêt sous les pins et autres conifères où il y a de la sciure et des copeaux de bois provenant de l'éclaircie et de l'abattage. Ailleurs dans le centre et le sud de l'Europe continentale, ce joli petit champignon est très courant sur les tas de sciure sur les bords de route où des arbres ont été abattus.

Leratiomyces squamosus, tête ronde élancée, Hesdin, France

Histoire taxonomique

Lorsqu'en 1888 les mycologues britanniques Mordecai Cubitt Cooke et George Edward Massee (1850 - 1917) ont décrit cette espèce, ils lui ont donné le nom scientifique binomial Agaricus squamosus . (Au début de la taxonomie fongique, la plupart des champignons branchiaux étaient initialement placés dans le genre Agaricus , dont le contenu a depuis redistribué dans de nombreux autres genres plus récents.)

En 2008, Brian Spooner et ses collègues ont établi le nom scientifique actuellement accepté de ce champignon sous le nom de Leratiomyces squamosus .

Les synonymes de Leratiomyces squamosus comprennent

Agaricus squamosus Pers., Syn. meth. fung. (Göttingen) 2: 409 (1801) Psalliota squamosa (Pers.) P. Kumm., Führ. Pilzk. (Zerbst): 73 (1871) Stropharia squamosa (Pers.) Quél., Mém. Soc. Émul. Montbéliard, Sér. 2 5: 348 (1873) Stropharia squamosa (Pers.) Quél., Mém. Soc. Émul. Montbéliard, Sér. 2 5: 348 (1873) var. squamosa Geophila squamosa (Pers.) Quél., Enchir. fung. (Paris): 111 (1886) Naematoloma squamosum (Pers.) Singer, Sydowia 2 (1-6): 36 (1948) var. squamosum Naematoloma squamosum (Pers.) Singer, Sydowia 2 (1-6): 36 (1948) Psilocybe squamosa (Pers.) PD Orton, Notes R. bot. Gdn Edinb. 29 (1): 80 (1969) Psilocybe squamosa (Pers.) PD Orton, Notes R. bot. Gdn Edinb. 29 (1): 80 (1969) var. squamosa Hypholoma squamosum (Pers.) Urbonas [comme «squamosa»], Liet. TSR Mokslu Akad. Darb., Ser. C 4 (n ° 72): 12 (1975) Hypholoma squamosum (Pers.) Urbonas, Liet. TSR Mokslu Akad. Darb., Ser. C 4 (n ° 72): 12 (1975) var. squamosum Stropholoma squamosum (Pers.) Balletto [comme «squamosus»], Micol. Ital. 18 (1): 36 (1989) Stropholoma squamosum (Pers.) Balletto, Micol. Ital. 18 (1): 36 (1989) var. squamosum Hypholoma squamosum (Pers.) Urbonas [as 'squamosa'], Lietuvos Grybai (Vilnius) 8 (3): 128 (1999) Stropholoma squamosum (Pers.) Ryman [as 'squamosa'], Funga Nordica, Agaricoid, Boletoid and Genres cyphelloïdes (Gylling): 913 (2008)128 (1999) Stropholoma squamosum (Pers.) Ryman [as 'squamosa'], Funga Nordica, Agaricoid, Boletoid and Cyphelloid Genera (Gylling): 913 (2008)128 (1999) Stropholoma squamosum (Pers.) Ryman [as 'squamosa'], Funga Nordica, Agaricoid, Boletoid and Cyphelloid Genera (Gylling): 913 (2008)

Étymologie

Ce nom de genre est né en 1907 lorsque Narcisse Théophile Patouillard a créé le nom Le Ratia (qu'il a appliqué à un champignon puffball) en l'honneur du botaniste et collectionneur de plantes français Auguste-Joseph Le Rat (1872-1910), qui à plusieurs reprises avait fourni Patouillard avec des spécimens fongiques qu'il avait recueillis. De cette origine Spooner et ses collègues ont dérivé le nouveau nom de genre Leratiomyces .

L'épithète spécifique squamosus est une référence à la couleur rouge cerise (généralement!) Des coiffes du Redlead Roundhead.

Toxicité

Malgré une apparence attrayante, cette espèce non comestible est susceptible de provoquer des maux d'estomac si elle est consommée. (Le très similaire Leratiomyces squamosus est connu pour contenir de la psilocybine / psilocine hallucinogène.)

Guide d'identification

Casquette de Leratiomyces squamosus, la tête ronde élancée

Casquette

Ocre jaunâtre à orange pâle; convexe, devenant plus plat à l'âge; des fragments de voile pâle s'accrochent généralement au chapeau, en particulier vers la marge; 2 à 6 cm de diamètre.

Branchies de Leratiomyces squamosus, la tête ronde élancée

Branchies

Adnate; assez encombré; initialement gris-brun devenant tacheté de brun violacé avec des bords plus clairs.

Tige

6 à 11 cm de hauteur et 4 à 9 mm de diamètre, creux; blanc à l'apex, rouge brunâtre vers la base; couvert d'écailles blanches fibreuses sous un anneau de tige persistant.

Spores de Leratiomyces squamosus

Les spores

Ellipsoïdale, lisse, 11-14 x 6 - 8,5; avec un pore germinatif.

Afficher une plus grande image

Spores de Leratiomyces squamosus

Spores de champignon tête ronde Readlead X

Impression de spores

Brun pourpre.

Odeur / goût

Pas distinctif.

Habitat et rôle écologique

On le trouve le plus souvent dans les sols alcalins sur paillis de feuillus ou dans les forêts de feuillus où les brindilles et les feuilles s'accumulent dans les zones humides humides ou moussues.

Saison

De juillet à novembre en Grande-Bretagne et en Irlande.

Espèces similaires

La touffe de soufre Hypholoma fasciculare a souvent des fragments de voile près du bord de la calotte, mais ils sont plus foncés; il manque également un anneau de tige.

Sources de référence

J. Breitenbach, F. Kränzlin: Champignons de Suisse, Volume 4. Editeur Mykologia, Lucerne 1995, ISBN 3-85604-040-4

Dictionnaire des champignons ; Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers; CABI, 2008

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.