Lactarius aurantiacus, champignon orange Milkcap

Embranchement: Basidiomycota - Classe: Agaricomycètes - Ordre: Russulales - Famille: Russulacées

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Identification - Notes culinaires - Sources de référence

Lactarius aurantiacus - le bonnet orange

Lactarius aurantiacus , le bonnet orange, se trouve en grande abondance sous les épinettes, les pins et parfois les bouleaux dans les régions où le sol est acide.

Distribution

Une découverte occasionnelle mais répandue en Grande-Bretagne et en Irlande, le bonnet orange est également présent dans une grande partie de l'Europe continentale. Ce petit champignon a tendance à se produire soit seul, soit en petits groupes dispersés.

Lactarius aurantiacus - le Milkcap Orange, Pays de Galles UK

Histoire taxonomique

Le Milkcap orange a été décrit en 1801 par Christiaan Hendrik Persoon, qui a établi son basionyme en le nommant Agaricus testaceus var. aurantiacus . C'est le mycologue britannique Samuel Frederick Gray (1766-1828) qui en 1821 a transféré cette espèce au genre Lactarius , établissant ainsi son nom scientifique actuellement accepté comme Lactarius aurantiacus .

Les synonymes de Lactarius aurantiacus incluent Agaricus testaceus var. aurantiacus Pers., Agaricus aurantiacus (Pers.) J.Otto, Agaricus mitissimus Fr., Lactarius mitissimus (Fr.) Fr. et Lactarius aurantiofulvus J. Blum ex Bon.

Lactarius aurantiacus - le bonnet orange, Hampshire UK

Étymologie

Le nom générique Lactarius signifie la production de lait (lactation) - une référence au latex laiteux qui est exsudé par les branchies des champignons laitiers lorsqu'ils sont coupés ou déchirés.

L'épithète spécifique aurantiacus vient du latin et signifie orange (la couleur, pas le fruit).

Guide d'identification

Bonnet de lait orange

Casquette

1 à 5 cm de diamètre, bas convexe à plan avec un centre légèrement enfoncé; la surface est lisse, sèche et légèrement brillante.

Branchies de bonnet orange

Branchies

Les branchies chamois rosées moyennement espacées sont largement adnées à brièvement décurrentes. Le latex est blanc et a un goût doux ou légèrement amer.

Tige

2,5 à 6,5 cm de haut et 5 à 12 mm de diamètre, cylindriques ou légèrement clavés; lisse; orange brunâtre. Il n'y a pas de bague de tige.

Spores de Lactarius aurantiacus

Les spores

Sub-sphérique à largement ellipsoïdal, 8-9,5 x 6-7,5 µm; ornée de verrues amyloïdes basses (jusqu'à 1 µm de hauteur) et de quelques connexions croisées qui ne forment pas un réseau complet.

Impression de spores

Ivoire.

Odeur / goût

Dour faible mais désagréable; un goût assez doux ou légèrement amer (certains disent de radis) qui ne devient pas âcre plus tard.

Habitat et rôle écologique

Mycorhizien, dans les forêts de conifères et de feuillus; également signalé occasionnellement avec des saules nains dans les dunes côtières.

Saison

De juillet à novembre en Grande-Bretagne et en Irlande.

Espèces similaires

Lactarius fulvissimus est très similaire mais il y a une dent décurrente à ses branchies; il a une odeur désagréable et une impression de spores plus crème.

Lactarius subdulcis est un bonnet de lait plus petit de coloration similaire; il se produit sous les hêtres.

Notes culinaires

Ces champignons colorés en bonnet de lait sont beaucoup trop chauds pour être considérés comme comestibles; cependant, dans certains pays d'Europe orientale, ils sont séchés et utilisés comme assaisonnement.

Sources de référence

Pat O'Reilly (2016). Fasciné par Fungi , First Nature Publishing

Jacob Heilmann-Clausen, Annemieke Verbeken et Jan Vesterholt (1998). The Genus Lactarius (Champignons d'Europe du Nord - Vol. 2) The Danish Mycological Society.

Funga Nordica , Henning Knudsen et Jan Vesterholt, 2008.

Fungi of Switzerland , volume 6: Russulaceae, Kränzlin, F.

Liste BMS des noms anglais des champignons.

Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers. (2008). Dictionnaire des champignons ; CABI.

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.