Strobilomyces strobilaceus, champignon vieil homme des bois

Embranchement: Basidiomycota - Classe: Agaricomycètes - Ordre: Boletales - Famille: Boletaceae

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Identification - Notes culinaires - Sources de référence

Strobilomyces strobilaceus - Vieil homme des bois - copyright 2008 Nigel P Kent

Strobilomyces strobilaceus - Old Man of the Woods - est une trouvaille assez rare au Royaume-Uni, en partie sans aucun doute parce qu'il est en effet rare et se produit seul plutôt que dans des groupes bien visibles et - peut-être plus important - parce que cette espèce forestière se marie si bien avec un fond de feuilles mortes. En fait, à mesure que les fruits vieillissent, ils deviennent parfois très sombres et ressemblent plus à des pommes de pin en décomposition qu'à des champignons.

Strobilomyces strobilaceus, Angleterre.  Photo: Rory Costello

Distribution

Très rarement vu au Royaume-Uni, ce champignon est relativement commun dans de nombreux autres pays d'Europe du Nord. Strobilomyces strobilaceus est également présent aux États-Unis, au Canada et au Japon. On le trouve le plus souvent dans les bois à feuilles caduques mais parfois sous les conifères.

Histoire taxonomique

Cet étrange bolète a été décrit en 1770 par le mycologue italien Giovanni Antonio Scopoli, qui lui a donné le nom scientifique binomial Boletus strobilaceus . C'est le mycologue britannique Miles Joseph Berkeley qui, en 1851, transféra cette espèce au genre Strobilomyces (que Berkeley lui-même avait créé cette année-là).

Strobilomyces strobilaceus est l'espèce type du genre Strobilomyces .

Les synonymes de Strobilomyces strobilaceus comprennent Boletus strobilaceus Scop., Boletus strobiliformis Dicks., Boletus floccopus Vahl, Boletus cinereus Pers., Strobilomyces floccopus (Vahl) P. Karst., Et Strobilomyces strobiliformis (Vill.) Beck.

Étymologie

Strobilomyces vient d'un ancien mot grec strobilos , qui signifie une pomme de pin, et fait référence à la similitude d'apparence entre les cèpes bolétoïdes de ce genre et les cônes de pins. L'épithète spécifique strobilaceus provient de la même racine et est peut-être une référence plutôt tautologue à l'aspect en forme de pomme de pin de cette espèce particulière.

Guide d'identification

Strobilomyces strobilaceus - un spécimen plus ancien

Casquette

Généralement entre 6 et 12 cm de diamètre mais approchant exceptionnellement 20 cm, les calottes convexes s'aplatissent avec l'âge et se couvrent d'écailles dressées noirâtres qui sont laineuses lorsque les calottes sont jeunes, devenant plus fermes sur les spécimens vieillissants.

La couleur de la calotte sous-jacente va du presque blanc aux nuances de brun grisâtre à presque entièrement noir.

Tige de Strobilomyces strobilaceus

Tige

De 1 à 2 cm de diamètre et généralement de 8 à 12 cm de hauteur, la tige est grise et couverte d'écailles laineuses.

Pores de Strobilomyces strobilaceus

Tubes et pores

Les tubes ont de grands pores qui sont gris pâle au début, mais lorsqu'ils sont meurtris, ils deviennent noirs.

Les spores

Ellipsoïdal, 9-15 x 8-12 μm; orné d'un motif à mailles fines.

Impression de spores

Noir.

Odeur / goût

Pas distinctif.

Habitat et rôle écologique

Dans les bois à feuilles caduques et parfois sous les conifères.

Saison

De juillet à novembre en Grande-Bretagne et en Irlande.

Espèces similaires

Aucune n'a été signalée au Royaume-Uni, mais des espèces similaires du genre Strobilomyces sont présentes dans certaines régions tropicales d'Afrique.

Notes culinaires

Ce bolet distinctif est généralement considéré comme comestible mais de valeur culinaire très limitée, et compte tenu de sa rareté au moins en Grande-Bretagne et en Irlande, il ne doit pas être récolté pour la nourriture.

Sources de référence

Fasciné par les champignons , Pat O'Reilly 2016.

Dictionnaire des champignons ; Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers; CABI, 2008

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.

Remerciements

Cette page comprend des photos aimablement fournies par Rory Costello, Nigel Kent et Harold Seelig.