Pluteus salicinus, champignon Willow Shield

Embranchement: Basidiomycota - Classe: Agaricomycètes - Ordre: Agaricales - Famille: Pluteaceae

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Identification - Notes culinaires - Sources de référence

Pluteus salicinus - Bouclier de saule

Pluteus salicinus est un champignon pourrissant le bois qui se produit principalement sur les souches de feuillus (feuillus) et les grosses grumes de bois dur enfoui, en particulier les vieux saules. Ce champignon attrayant peut apparaître à tout moment, du début de l'été à la fin de l'automne.

Distribution

Répandu mais rare en Grande-Bretagne et en Irlande, ce champignon pourrissant des bois se trouve également dans certaines parties de l'Europe continentale.

Pluteus salicinus - Bouclier de saule

Histoire taxonomique

Le basionyme de cette espèce a été établi lorsque le Willow Shield a été décrit en 1798 par Christiaan Hendrik Persoon, qui lui a donné le nom scientifique binonial Agaricus salicinus (à une époque où la plupart des champignons branchiaux étaient placés dans le genre Agaricus , depuis largement redistribués aux genres plus récents ). Le Willow Shield a été transféré au genre Pluteus par le mycologue allemand Paul Kummer en 1871, établissant ainsi son nom scientifique actuellement accepté Pluteus salicinus .

Les synonymes de Pluteus salicinus incluent Pluteus salicinus var . floccosus P. Karst., Agaricus salicinus Pers. et Pluteus salicinus var . beryllus Sacc.

Étymologie

Pluteus , le nom du genre, vient du latin et signifie littéralement une clôture ou un écran de protection - un bouclier par exemple!

L'épithète spécifique salicinus signifie ou se rapportant aux saules ( espèces Salix .)

Guide d'identification

Casquette de Pluteus salicinus

Casquette

Lisses, convexes et généralement gris moyen à brun grisâtre foncé, souvent avec des teintes bleues, les coiffes sont sans doublure et généralement de 3 à 5 cm de diamètre. Les chapeaux ont souvent une région centrale gris plus foncé, parfois avec un léger umbo à maturité.

La chair de la calotte est blanche et ferme.

Branchies et tige de Pluteus salicinus

Branchies

D'abord blanches, devenant rose pâle, les branchies sont larges, bondées et libres.

Tige

Blanc et sans effilement, généralement de 5 à 7 mm de diamètre et de 4 à 7 cm de long, parfois légèrement bulbeux à la base. La chair de la tige est blanche et ferme et ne se creuse pas en vieillissant. Dans certaines formes de ce champignon, la surface de la tige est légèrement bleu-vert.

Spores de Pluteus salicinus

Les spores

Largement ellipsoïdale, lisse, 7-9 x 4,5-6 µm.

Afficher une plus grande image

Spores de Pluteus salicinus , Willow Shield

Les spores X

Impression de spores

Rose pâle.

Odeur / goût

Pas distinctif.

Habitat et rôle écologique

Saprobies, solitaires ou en petits groupes sur les souches, les branches tombées en décomposition et autres débris ligneux des feuillus, en particulier le saule et moins souvent l'aulne.

Saison

Fructification du début de l'été à la fin de l'automne, à condition que le temps soit doux. Fructification le plus souvent du milieu de l'été au milieu de l'automne.

Espèces similaires

Pluteus umbrosus a une calotte ridée et est généralement un peu plus petite.

Pluteus cervinus a une calotte lisse brune ou fauve.

Notes culinaires

Bien que certaines sources l'énumèrent comme un champignon comestible, Pluteus salicinus a une forme connue pour contenir de la psilocybine, une substance hallucinogène, et il est donc déconseillé de récolter ces champignons pour les manger.

Sources de référence

Fasciné par les champignons , Pat O'Reilly 2016.

Alfredo Justo, Andrew M. Minnis, Stefano Ghignone, Nelson Menolli Jr., Marina Capelari, Olivia Rodríguez, Ekaterina Malysheva, Marco Contu, Alfredo Vizzini (2011). «Reconnaissance des espèces chez Pluteus et Volvopluteus (Pluteaceae, Agaricales): morphologie, géographie et phylogénie». Progrès mycologique 10 (4): 453–479.

Orton, PD (1986). Flore des champignons britanniques: Agarics et Boleti. Vol 4. Pluteaceae: Pluteus & Volvariella. Royal Botanic Garden: Édimbourg, Écosse.

Funga Nordica : 2e édition 2012. Edité par Knudsen, H. & Vesterholt, J. ISBN 9788798396130

Liste BMS des noms anglais des champignons

Dictionnaire des champignons ; Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers; CABI, 2008

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.

Remerciements

Cette page comprend des photos aimablement fournies par David Adamson, Simon Harding et David Kelly.