Terana caerulea, champignon de la croûte de cobalt

Embranchement: Basidiomycota - Classe: Agaricomycètes - Ordre: Polyporales - Famille: Phanerochaetaceae

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Identification - Notes culinaires - Sources de référence

Terana caerulea, croûte de cobalt

Visage assez rare mais reconnaissable instantanément même de loin, ce champignon corticioïde (en forme de croûte) est d'une vraie beauté, surtout lorsqu'il est jeune et frais.

Terana caerulea, Cobalt Crust, sud de l'Angleterre

Distribution

Terana caerulea est une découverte rare en Angleterre et au Pays de Galles et très rarement enregistrée en Écosse et en Irlande. Ce champignon de la croûte se trouve dans de nombreux pays d'Europe centrale et méridionale et ailleurs, notamment dans certaines régions d'Asie, de Nouvelle-Zélande et d'Amérique du Nord.

Histoire taxonomique

Le champignon de la croûte de cobalt a été décrit en 1779 par le naturaliste français Jean-Baptiste Pierre Antoine de Monet, chevalier de Lamarck (1744 - 1829), qui lui a donné le nom de Byssus caerulea . Son nom scientifique actuellement accepté Terana caerulea date d'une publication de 1891 du botaniste et mycologue allemand Otto Kuntze (1843-1907).

Les synonymes de Teranea caerulea comprennent Byssus phosphorea L., Byssus caerulea Lam., Auricularia phosphorea Sowerby, Thelephora caerulea (Lam.) Schrad. ex DC., Thelephora indigo Schwein., Corticium caeruleum (Lam.) Fr., et Pulcherricium caeruleum (Lam.) Parmasto. (Ce dernier synonyme est utilisé dans de nombreux anciens guides de terrain.)

Terana caerulea est l'espèce type du genre Teranea . En Grande-Bretagne, il s'agit d'un genre monotypique.

Terana caerulea, croûte de cobalt, sur Snowberry

Étymologie

La signification de Terana , le nom du genre, nous est inconnue. L'épithète spécifique caerulea signifie bleu foncé.

Guide d'identification

Gros plan de la croûte de cobalt Teranea caerulea

Fruitbody

Des corps de fruits arrondis résupinés d'un bleu intense qui se fusionnent pour former de grandes plaques irrégulières avec des surfaces fertiles lisses ou légèrement bosselées ou verruqueuses qui sont généralement finement veloutées. Il s'agit d'un champignon à croûte très mince, généralement beaucoup moins de 1 mm d'épaisseur.

Lorsqu'ils sont humides, la texture de ces champignons de la croûte est douce avec une sensation cireuse, et les marges extérieures sont pâles, parfois blanchâtres et finement frangées. Les vieux spécimens deviennent bleu foncé et finalement presque noirs.

Hyphaes et pinces de Cobalt Crust Teranea caerulea

Système hyphal

Monomitique (contenant uniquement des hyphes tubulaires ramifiés génératifs, typiquement de 3 à 5 µm de diamètre); Des pinces (voir à gauche) sont présentes.

Afficher une plus grande image

Pinces hypales , Teranea caerulea , croûte de cobalt

Pinces X

Spores de la croûte de cobalt Teranea caerulea

Les spores

Ellipsoïdale, lisse, à paroi mince, 6,5-9,0 x 4,5-5,5 µm; hyalin ou presque; inamyloïde.

Afficher une plus grande image

Spores de Teranea caerulea , croûte de cobalt

Les spores X

Impression de spores

Blanc crémeux; parfois une teinte bleuâtre est détectable.

Odeur / goût

Aucune odeur perceptible; dur lorsqu'il est sec, cireux lorsqu'il est mouillé, mais assez insipide.

Habitat et rôle écologique

Saprobie, sur les feuillus morts et les branches tombées, en particulier Frêne Fraxinus excelsior. .

Saison

Tout au long de l'année, mais excrétant des spores en automne.

Espèces similaires

Stereum subtomentosum est parfois entièrement résupiné et ensuite de forme similaire à Cobalt Crust, mais il est généralement de diverses nuances de gris-orange.

Notes culinaires

Ces champignons insipides ne sont pas comestibles et n'ont aucune valeur culinaire.

Sources de référence

Ellis, JB; Ellis, Martin B. (1990). Champignons sans branchies (hyménomycètes et gastéromycètes): un manuel d'identification. Londres: Chapman et Hall. (Croûte de cobalt inclus comme Pulcherricium caeruleum )

Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers. (2008). Dictionnaire des champignons ; CABI.

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.

Remerciements

Cette page comprend des photos aimablement fournies par Simon Harding et David Lawman.