Chlorociboria aeruginascens, champignon vert Elfcup, identification

Embranchement: Ascomycota - Classe: Léotiomycètes - Ordre: Helotiales - Famille: Insertae sedis (placement incertain)

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Identification - Sources de référence

Chlorociboria aeruginascens, Green Elfcup, dans le sud de l'Angleterre

Le bois taché de vert qui est la preuve de l'Elfcup vert, Chlorociboria aeruginascens , est un spectacle courant, mais les corps du fruit ne sont visibles que rarement. Ce champignon principalement hivernal est parfois appelé champignon Green Cup.

Le bois infecté par les champignons Chlorociboria a longtemps été utilisé dans le travail du bois décoratif tel que Tunbridgeware. En Italie, la pratique remonte au moins au 14ème siècle, quand elle était utilisée en «intarsia», un procédé d'incrustation similaire à la marqueterie.

Chlorociboria aeruginascens, Green Elfcup, Pays de Galles, Royaume-Uni

Distribution

En Grande-Bretagne et en Irlande, Chlorciboria aeruginascens est l'une des deux seules espèces répertoriées dans le genre Chlorociboria , l'autre étant Chlorociboria aeruginosa . Les deux entraînent une coloration verte. Bien que C. aeruginosa ait tendance à être un peu plus petit et beaucoup plus rare que C. aeruginascens , les corps fruitiers des deux espèces ne peuvent pas être différenciés en toute confiance sur les caractéristiques macroscopiques, mais à 5-7 x 1-2 µm, les spores de Chlorciboria aeruginascens sont nettement plus petites que celles de Chlorciboria aeruginosa (9-14 x 2- 4µm).

Les deux espèces sont plus souvent vues sous forme de bois teinté en vert que lors de la production de fruits.

Ce champignon ascomycète a une très large distribution géographique qui comprend l'Europe et l'Amérique du Nord.

Histoire taxonomique

Décrite en 1869 par le mycologue finlandais William Nylander (1822 - 1899), et ayant reçu le nom scientifique Peziza aeruginascens , cette espèce ascomycète a été transférée au genre Chlorociboria en 1957 par les mycologues américains CS Ramamurthi, RP Korf et LR Batra.

Les synonymes de Chlorociboria aeruginascens comprennent Helvella aeruginosa Oeder ex With., Chlorosplenium aeruginosum (Oeder ex With.) De Not., Peziza aeruginascens Nyl., Et Chlorosplenium aeruginascens (Nyl.) P. Karst.

Étymologie

L'épithète spécifique aeruginascens vient du latin et signifie «devenir bleu-vert», ce qui arrive au bois infecté par ce champignon.

Guide d'identification

Corps fruitier d'Elfe vert

Fruitbody

Initialement en forme de gobelet avec une tige très courte qui est généralement centrale ou légèrement décentrée, les corps du fruit s'aplatissent avec l'âge et développent des bords ondulés. Les fructifications individuelles mesurent de 0,5 à 1 cm de diamètre et généralement moins de 1 cm de hauteur.

La surface supérieure et fertile est vert vif et lisse, tandis que le dessous de la coupe et le stipe sont feutrés et bleu-vert pâle, s'assombrissant avec l'âge.

Asci et paraphyses de <em> Chlorociboria aeruginascens </em>

Asci

Huit spores; typiquement 65 x 5 µm.

Paraphyses

Étroit, clavé. (Les paraphyses sont des structures de tissu stérile entre les asques sur la surface de l'hyménium.)

Afficher une plus grande image

Asci et paraphyses de Chlorociboria aeruginascens

asci X
Spores de Chlorociboria aeruginascens

Les spores

Fusiforme, lisse, 5-7 x 1-2µm, avec des gouttelettes d'huile visibles à chaque extrémité.

Afficher une plus grande image

Spores de Chlorociboria aeruginascens , Elfcup vert

Les spores X

Impression de spores

Odeur / goût

Pas distinctif.

Habitat et rôle écologique

Saprobie, sur bois mort sans écorce, en particulier le chêne, le hêtre et le noisetier.

Saison

La tache verte est visible toute l'année, mais les fruits sont rares et principalement en automne.

Espèces similaires

Chlorociboria aeruginosa est très similaire et ne peut être séparée avec confiance que par un examen microscopique des dimensions des spores.

Plusieurs champignons ascomycètes en forme de coupe plus foncés, y compris les inquinans bulgares , se trouvent dans des habitats similaires.

Sources de référence

Fasciné par les champignons , Pat O'Reilly 2016.

  • Ramamurthi, CS, Korf, RP et Batra, LR (1957). Une révision des espèces nord-américaines de Chlorociboria (Scerotiniaceae). Mycologia 49: 854-863.

  • Seaver, FJ (1936). Photographies et descriptions de Cup-Fungi: XXIV. Chlorociborie. Mycologie 28 (4): 390-39

  • Dennis, RWG (1981). Ascomycètes britanniques ; Lubrecht & Cramer; ISBN: 3768205525.

    Breitenbach, J. et Kränzlin, F. (1984). Champignons de Suisse. Volume 1: Ascomycètes . Verlag Mykologia: Lucerne, Suisse.

    Medardi, G. (2006). Ascomiceti d'Italia. Centro Studi Micologici: Trente.

Dictionnaire des champignons ; Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers; CABI, 2008

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.

Remerciements

Cette page comprend des photos aimablement fournies par David Kelly.