Pholiota adiposa, un champignon écailleux

Embranchement: Basidiomycota - Classe: Agaricomycètes - Ordre: Agaricales - Famille: Strophariaceae

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Identification - Notes culinaires - Sources de référence

Pholiota adiposa, nord de la France

Pholiota adiposa , une espèce rare que l'on trouve le plus souvent sur les hêtres morts ou mourants, produit généralement des touffes denses avec des bases de tiges jointes bas sur les troncs ou sur des souches et de grandes branches tombées.

Distribution

Une découverte occasionnelle dans toute la Grande-Bretagne et l'Irlande, Pholiota adiposa est le plus souvent vue dans les forêts de hêtres ( Fagus sylvatica ), mais peut également être présente sur les peupliers, les chênes et d'autres types de bois mort à feuilles larges. Cette espèce se trouve également dans le nord et le centre de l'Europe continentale et a été signalée dans certaines parties de l'Amérique du Nord.

Histoire taxonomique

Décrit en 1786 par le naturaliste et mycologue allemand August Johann Georg Karl Batsch, qui le nomma Agaricus adiposus - un nom ensuite sanctionné par Elias Magnus Fries - ce champignon écailleux fut déplacé vers le genre Pholiota par un autre mycologue allemand célèbre, Paul Kummer, établissant ainsi son nom scientifique actuellement accepté comme Pholiota adiposa .

Les synonymes de Pholiota adiposa comprennent Agaricus adiposus Batsch et Dryophila adiposa (Batsch) Quél.

Étymologie

Le nom générique Pholiota signifie écailleux, et l'épithète spécifique adiposa vient du nom latin adeps qui signifie saindoux, ou graisse - une référence à la surface de la calotte grasse de ce champignon des bois.

Guide d'identification

Casquette de Pholiota adiposa

Casquette

5 à 10 cm de diamètre, convexe finissant par s'aplatir; jaune vif et avec une surface grasse qui est visqueuse par temps humide. Les écailles brunes des fragments de voile s'accrochent à la coiffe le plus densément vers le centre

Branchies de Pholiota adiposa

Branchies

Les branchies adnées surpeuplées sont jaune pâle lorsqu'elles sont jeunes, virant au rouge-brun au fur et à mesure que les spores se développent.

Tige de Pholiota adiposa

Tiges

Cylindrique, de 5 à 10 mm de diamètre et de 2,5 à 6 cm de hauteur; jaune devenant brun rouille vers la base; surface généralement peu couverte d'écailles brunes retournées (fragments du voile partiel). Les tiges se rejoignent souvent là où elles sont attachées au substrat.

Spore de Pholiota adiposa

Les spores

Ellipsoïdale, lisse, 5-6,5 x 3-4μm.

Afficher une plus grande image

Spores de Pholiota adiposa

Les spores X

Impression de spores

Brun rougeâtre.

Odeur / goût

Odeur faible, agréable mais non distinctive; goût pas distinctif.

Habitat et rôle écologique

Surtout sur les souches, les troncs morts et les grandes branches tombées de hêtre, mais peut également se produire sur les chênes, les peupliers et autres feuillus à feuilles larges.

Saison

Fin de l'été et automne en Grande-Bretagne et en Irlande.

Espèces similaires

Pholiota squarrosa est généralement plus pâle avec des écailles de calotte et de tige beaucoup plus grandes.

Pholiota alnicola a peu d'écailles et des spores beaucoup plus grosses; iut pousse sur les troncs d'aulne.

Pholiota aurivella a des tiges pâles et des spores beaucoup plus grosses avec des pores germinatifs distincts.

Certaines formes d' Armillaria mellea , le champignon du miel, sont squameuses mais leurs empreintes de spores sont blanches plutôt que brunes et les branchies ne s'assombrissent pas de manière significative avec l'âge.

Kuehneromyces mutabilis peut être très similaire, bien que sa coiffe soit généralement bicolore. Il a également une zone de signe plus évidente et une tige brun foncé sous la zone annulaire; ses branchies sont ochracées à l'état jeune, devenant cannelle à maturité.

Notes culinaires

Malgré leur apparence attrayante, ces champignons et d'autres écailles ( espèces Pholiota ) ne sont certainement pas des champignons comestibles, bien que dans le passé certains membres de ce genre étaient considérés comme tels.

Sources de référence

Fasciné par les champignons , Pat O'Reilly 2016.

Société britannique de mycologie (2010). Noms anglais pour les champignons

Funga Nordica , Henning Knudsen et Jan Vesterholt, 2008.

Dictionnaire des champignons ; Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers; CABI, 2008

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.