Mycena galopus, champignon bonnet de traite

Embranchement: Basidiomycota - Classe: Agaricomycètes - Ordre: Agaricales - Famille: Mycénacées

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Identification - Notes culinaires - Sources de référence

Mycena galopus, champignon bonnet de traite

Beaucoup de champignons du capot sont difficiles à identifier avec confiance, mais Mycena galopus est assez facile, du moins lorsque les fruits sont jeunes et frais: cassez les tiges et un liquide laiteux blanc est libéré - d'où le nom commun de ce champignon des bois, Traite Bonnet.

Distribution

Ce petit champignon est commun dans toute la Grande-Bretagne et en Irlande; on le trouve également dans toute l'Europe continentale et dans de nombreuses régions d'Amérique du Nord.

Mycena galopus var.  Nigra

Variétés

La photo en haut de cette page montre la forme autonome de Mycena galopus . Deux autres variétés sont reconnues dans la littérature. Mycena galopus var. candica est entièrement blanche, tandis que Mycena galopus var. nigra (illustré ci-dessus) a une calotte et une tige noirâtres. Certaines autorités accordent à cette dernière le statut d'espèce à part entière comme Mycena leucogala .

Histoire taxonomique

Lorsqu'en 1799 Christiaan Hendrik Persoon a décrit ce champignon bonnet, il l'a appelé Agaricus galopus (à une époque où les champignons branchiaux étaient généralement placés dans le genre Agaricus , depuis largement redistribués à travers de nombreux autres genres plus récents).

Le mycologue allemand Paul Kummer a transféré cette espèce au genre Mycena en 1871, établissant ainsi son nom scientifique actuellement accepté Mycena galopus .

Étant donné que trois variétés de cette espèce sont largement acceptées, la forme autonome est formellement appelée Mycena galopus var. galopus (Pers.) P. Kumm.

La forme blanche de ce champignon a été décrite par le mycologue danois JE Lange en 1918 et est donc formellement appelée Mycena galopus var. candida JE Lange. ( Mycena galopus var. Alba Rea est synonyme de Mycena galopus var. Candida .)

La forme très sombre de ce champignon a été décrite en 1922 par le mycologue britannique Carlton Rea (1861 - 1946), et son nom officiel est donc Mycena galopus var . nigra Rea. Ses synonymes incluent Agaricus leucogalus Cooke, Mycena leucogala (Cooke) Sacc., Mycena galopus var . leucogala (Cooke) JE Lange et Mycena fusconigra PD Orton.

Étymologie

L'épithète spécifique galopus vient du préfixe gal - signifiant lait et -pus faisant référence à la jambe ou à la tige et fait référence au fait que ces champignons bonnet libèrent un liquide semblable au lait de leurs tiges cassées.

Guide d'identification

Casquette de Mycena galopus

Casquette

De 1 à 2,5 cm de diamètre à pleine maturité, les calottes sont coniques ou campanulées à convexes, translucides striées et à un degré très variable ombonées à maturité. Plus sombre au centre, la surface de la coiffe est souvent pruineuse au début; sa coloration est gris-brun à brun sépia moyennement foncé (sous la forme nominale var. galopus ); blanc (dans var. candica ); ou front noirâtre très foncé avec une légère teinte bleutée (var. leucogala ).

Branchies de Mycena galopus var.  Nigra

Branchies

Annexées ou légèrement sinueuses avec une courte dent décurrente, les branchies éloignées sont d'abord blanches, devenant gris-brun avec des bords branchiaux plus clairs à maturité.

Cheilocystidia de <em> Mycena galopus </em>

Cheilocystidia

Les cheilocystidies (cystidies sur les bords des branchies) sont lageniformes (en forme de flacon) ou fusiformes (en forme de fuseau), parfois capitales (avec un mamelon) mais une minorité seulement sont de forme irrégulière avec des excroissances (têtes de méduse); 40-110 μm de hauteur (seulement 90 μm dans la var. Candida ) et 8 à 18 μm de diamètre.

Pleurocystidia

Les pleurocystidies (cystidies sur les faces branchiales) sont fusiformes.

Afficher une plus grande image

Cheilocystidia de Mycena galopus

X

Basidia

Les basides clavées mesurent 25 à 46 µm de long et 7 à 9 µm de diamètre à leur point le plus large; quatre spores, avec pinces. Sterigmates de 7 µm de long.

Spores de Mycena galopus

Les spores

Ellipsoïdale à cylindrique avec un appendice hilaire, lisse, 10-13 x 5-6 µm;

Afficher une plus grande image

Spores de Mycena galopus , Bonnet de traite

Les spores X

Impression de spores

Blanc.

Couper la tige de Mycena galopus libérant du latex blanc

Tige

5-8 cm de long et 1-3 mm de diamètre; creux; cylindrique ou légèrement effilée vers la base; finement pruineux; base recouverte de longues fibrilles blanches. Surface de la tige gris-brun, l'apex pâle et la partie inférieure plus foncée; chair blanche ou gris très pâle, libérant un liquide blanc laiteux (pas de goût amer) lorsqu'elle est coupée ou cassée.

Odeur / goût

Odeur légère, terreuse ou faiblement de radis; goût doux mais pas distinctif.

Habitat et rôle écologique

Saprobie; parmi la litière de feuilles dans les bois, sur les lisières herbeuses et à côté des haies.

Saison

De juillet à fin novembre en Grande-Bretagne et en Irlande.

Espèces similaires

Il existe de nombreux champignons en forme de cloche dans le genre Mycena , dont plusieurs sont macroscopiquement assez similaires au Bonnet de traite; cependant, Mycena galopus est le seul champignon bonnet commun qui libère un liquide blanc au goût doux lorsque sa tige est cassée.

Notes culinaires

Ces petits champignons sont signalés dans certains guides de terrain comme comestibles mais de mauvaise qualité; cependant, comme un autre facteur de dissuasion, la chair est très mince et sans substance.

Sources de référence

Fasciné par les champignons , Pat O'Reilly 2016.

Penny Cullington, (octobre 2013). Mycènes britanniques - brèves descriptions.

Giovanni Robich, (2003). Mycena d'Europa ; Associazione Micologica Bresadola; Vicence: Fondazione Centro Studi Micologici.

Société mycologique britannique. Noms anglais pour les champignons

Dictionnaire des champignons ; Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers; CABI, 2008

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.

Remerciements

Cette page comprend des photos aimablement fournies par David Kelly.