Xerocomellus cisalpinus, champignon bolet

Embranchement: Basidiomycota - Classe: Agaricomycètes - Ordre: Boletales - Famille: Boletaceae

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Identification - Notes culinaires - Sources de référence

Xerocomellus cisalpinus

Jusqu'au tournant du siècle actuel, ce bolet désordonné était inclus dans un complexe d'espèces sous le nom scientifique de Boletus chrysenteron , et portait donc le titre de Bolet Cracking Rouge. Quel dommage que le nom commun ait été conservé par Xerocomellus chrysenteron , qui se fissure rarement pour montrer la couche rouge juste en dessous de son pelicule, tandis que Xerocomellus cisalpinus est très bon pour afficher des fissures rouges une fois que son chapeau se développe de convexe à presque plat.

Xerocomellus cisalpinus, Hampshire

Distribution

Très commun en Grande-Bretagne et en Irlande, Xerocomellus cisalpinus est également présent en Europe continentale et en Amérique du Nord.

Histoire taxonomique

Cette espèce «relativement nouvelle» a été décrite pour la première fois en 2003 par Simonini, H. Ladurner & Peintner, qui lui a donné le nom de Xerocomus cisalpinus . Le nom Xerocomellus cisalpinus est maintenant plus généralement accepté et date d'une publication de 2011 du mycologue allemand Wolfgang Klofac.

Étymologie

Le nom générique Boletus vient du grec bolos , qui signifie `` morceau d'argile '', tandis que le nouveau nom de genre Xerocomellus indique une relation (plutôt éloignée, en fait) avec le genre Xerocomus . Le préfixe Xero - signifie sec.

L'épithète spécifique cisalpinus est latine et se traduit par «couché de ce côté (c'est-à-dire romain) des Alpes».

Guide d'identification

Casquette de Xerocomellus cisalpinus

Casquette

Xerocomellus cisalpinus a une calotte peu profonde, convexe gris-jaune ou brunâtre qui se fend rapidement pour révéler une fine couche de chair rouge sous la peau. De 4 à 10 cm de diamètre une fois complètement déployées, les bouchons ont très peu de substance et la chair fine bleuit très légèrement à la coupe. Les jeunes spécimens peuvent avoir une calotte duveteuse foncée et pourraient être confondus avec les Bolets de Baie, Boletus badius .

Tubes de Xerocomellus cisalpinus

Tubes

Les tubes sont jaunes et virent généralement lentement au bleu-vert lorsqu'ils sont coupés.

Pores de Xerocomellus cisalpinus

Les pores

Les tubes jaunes se terminent par de grands pores anguleux qui sont d'abord jaune citron mais deviennent verdâtres avec l'âge. Lorsqu'ils sont meurtris, les pores des spécimens matures deviennent parfois bleu verdâtre.

Xerocomellus cisalpinus - section transversale de la tige

Tige

La tige de Xerocomellus cisalpinus , qui comme les autres espèces de Xerocomellus n'a pas d'anneau, est jaune vif et la partie inférieure est couverte de fibrilles rouge corail. Lorsqu'elle est coupée ou meurtrie, sur une période de quelques minutes, la chair crème de la tige vire au bleu-vert près de la base de la tige, où il y a souvent une région de chair tachée de rouge violacé dans la tige. De 10 à 15 mm de diamètre et de 4,5 à 8 cm de hauteur, la tige est de diamètre plus ou moins constant sur toute sa longueur ou légèrement plus large à l'apex. Parfois, la base de la tige est légèrement bulbeuse.

Spores de Xerocomellus cisalpinus

Les spores

Subfusiforme, 11,5-14,5 x 4,3-6,8 µm; très finement doublé.

Impression de spores

Marron olivacé.

Odeur / goût

Pas distinctif.

Habitat et rôle écologique

Cette espèce ectomycorhizienne est particulièrement commune dans les forêts de conifères, notamment avec les épicéas, mais elle est également présente sous les feuillus dans les bois et les parcs.

Saison

Xerocomellus cisalpinus apparaît en Grande-Bretagne et en Irlande principalement d'août à novembre, mais des spécimens occasionnels peuvent être observés beaucoup plus tôt dans l'année.

Espèces similaires

Xerocomellus chrysenteron est similaire bien qu'il soit moins enclin à se fissurer et à présenter une chair sous-cuticule rouge; sa base de tige ne devient pas visiblement bleue lorsqu'elle est coupée ou meurtrie, et ses spores ne sont pas minutieusement striées comme celles de Boletus cisalpinus.

Pseudoboletus parasiticus (synonymes Xerocomus parasiticus et Boletus parasiticus) a une tige jaune sans fibrilles rouges, et il se produit uniquement avec le globe terrestre commun ( Scleroderma citrinum ) sur lequel il peut être légèrement parasite.

Xerocomellus cisalpinus, Hampshire, Angleterre

Notes culinaires

Xerocomellus cisalpinus n'est généralement considéré comme comestible que s'il est bien cuit; cependant, il manque à la fois de texture et de saveur et il n'est donc noté par aucun, mais par le plus affamé des fongiphages.

Sources de référence

Fasciné par les champignons , Pat O'Reilly 2016.

British Boletes, with keys to species , Geoffrey Kibby (auto-publié) 3e édition 2012.

Dictionnaire des champignons ; Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers; CABI, 2008

Liste BMS des noms anglais des champignons

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.

Remerciements

Cette page comprend des photos aimablement fournies par David Kelly.