Russula aeruginea, champignon vert Brittlegill

Embranchement: Basidiomycota - Classe: Agaricomycètes - Ordre: Russulales - Famille: Russulacées

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Identification - Notes culinaires - Sources de référence

Russula aeruginea - Greencracked Brittlegill

Peu de champignons ont une calotte verte, et parmi les brittlegills qui se produisent en Grande-Bretagne et en Irlande, il n'y en a que deux courants; leur identification ne pose donc généralement pas de problème. Le Green Brittlegill a un chapeau vert herbe, parfois avec des reflets jaunâtres mais jamais vineux. Sachant que cela rend la vie un peu plus facile pour ceux d'entre nous qui trouvent les nombreuses brittlegills rouges, violets et roses déroutants!

Russula aeruginua est un champignon grégaire, généralement présent en petits groupes dispersés.

Distribution

Une découverte assez commune en Grande-Bretagne et en Irlande, le Green Brittlegill est présent dans toute l'Europe continentale et est signalé dans de nombreuses autres régions du monde, y compris l'Amérique du Nord.

Russula aeruginea - Greencracked Brittlegill, Devon, Angleterre

Histoire taxonomique

Ce champignon brittlegill pur a été décrit et donné son nom scientifique actuellement accepté par Elias Magnus Fries en 1863.

Les synonymes de Russula aeruginea incluent Agaricus graminicolor Secr., Russula furcata var. graminicolor Gillet et Russula graminicolor (Gillet) Quél.

Russula aeruginea - Greencracked Brittlegill, sud du Pays de Galles UK

Étymologie

Russula , le nom générique, signifie rouge ou rougeâtre, et en effet beaucoup de brittlegills ont des bonnets rouges (mais beaucoup d'autres ne le sont pas, et certains de ceux qui sont généralement rouges peuvent également apparaître dans d'autres couleurs!). L'épithète spécifique aeruginea signifie vient du préfixe latin aerug-, qui peut signifier bleu-vert, vert ou vert foncé. (Dans le passé, Russula aeruginea était communément appelée Russula vert herbe.)

Guide d'identification

Casquette de Russula aeruginea

Casquette

Vert gazon pâle à très pâle et devenant progressivement plus pâle vers la marge, la calotte de Russula aeruginea pèle à mi-chemin vers le centre; convexe, aplatissant seulement au centre, parfois avec une légère dépression; gras lorsqu'il est humide; marge parfois légèrement rainurée; 4 à 9 cm de diamètre; surface non fissurée.

Branchies de Russula aeruginea

Branchies

Blanches, devenant finalement jaunes avec l'âge, les branchies du Green Brittlegill sont annexées et encombrées.

Tige de Russula aeruginea

Tige

Blanc, plus ou moins cylindrique, parfois effilé à la base; 4 à 8 cm de long, 0,7 à 2 cm de diamètre.

Essais chimiques

La chair a une lente réaction rose aux sels de fer (FeSO 4 ).

Spores de Russula aeruginea

Les spores

Ellipsoïdal, 6-10 x 5-7μm (à l'exclusion des épines); ornée de verrues arrondies atteignant 0,7 μm de haut qui sont reliées par quelques lignes fines pour former un réseau partiel.

Impression de spores

Ceam.

Odeur / goût

Pas distinctif.

Habitat et rôle écologique

On le trouve souvent à la lisière des forêts de pins mais presque toujours sous les bouleaux. Comme d'autres membres des Russulacées, Russula aeruginea est un champignon ectomycorhizien.

Saison

De juillet à octobre en Grande-Bretagne et en Irlande.

Espèces similaires

Russula virescens le Greencracked Brittlegill, est un peu plus grand et se distingue par sa surface de coiffe craquelée à mesure qu'il mûrit.

Notes culinaires

Le Green Brittlegill est enregistré comme comestible dans certains guides de terrain et comme non comestible dans d'autres. Comme ces champignons sont rarement trouvés en nombre suffisant pour justifier leur cueillette pour les manger, je suggère qu'ils soient traités comme des champignons pour les photographies.

Sources de référence

Pat O'Reilly (2016). Fasciné par Fungi , First Nature Publishing

Geoffrey Kibby (2011), The Genus Russula in Great Britain , publié par G Kibby.

Roberto Galli (1996). Le Russule . Edinatura, Milan.

Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers. (2008). Dictionnaire des champignons ; CABI.

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.