Agaricus bisporus, champignon cultivé

Embranchement: Basidiomycota - Classe: Agaricomycètes - Ordre: Agaricales - Famille: Agaricaceae

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Identification - Notes culinaires - Sources de référence

Agaricus bisporus - Champignon de bouton commercial

Agaricus bisporus n'est pas particulièrement commun à l'état sauvage, où, comme le champignon des champs et le champignon cheval, il pousse dans les champs et apparaît après la pluie. Le nom spécifique bisporus fait référence au fait que chacune des basides ne porte que deux spores - la plupart des espèces d' Agaricus ont des basides à quatre spores . (Vous aurez besoin d'un microscope puissant si vous voulez voir ces caractéristiques sur les faces branchiales des champignons agaricoïdes.)

Distribution

Champignon rare à rare à l'état sauvage, en Grande-Bretagne et en Irlande, Agaricus bisporus se trouve presque toujours dans les prairies. Cette espèce est également présente en Europe continentale et ailleurs dans le monde, y compris dans certaines régions d'Amérique du Nord. Les spécimens présentés sur cette page sont des 'Champignons Châtaignes' cultivés.

Histoire taxonomique

Bien que connu depuis de nombreuses années auparavant, ce champignon a été reconnu comme une espèce distincte du champignon des champs Agaricus campestris par le mycologue danois Jakob Emanuel Lange (1864 - 1941) en 1926; il a été transféré au genre Agaricus par le mycologue allemand Emil J Imbach (1897 - 1970) vingt ans plus tard.

Les synonymes d' Agaricus bisporus sont nombreux et comprennent Psalliota hortensis (Cooke) JE Lange, Psalliota hortensis f. bispora JE Lange, Psalliota bispora (JE Lange) FH Møller et Jul. Schäff., Agaricus campestris var . bisporus Kligman, Agaricus bisporus var . bisporus (JE Lange) Imbach, Agaricus hortensis (Cooke) Pilát et Agaricus bisporus var . albidus (JE Lange) Chanteur.

Étymologie

L'épithète spécifique bisporus signifie avoir deux spores - il y a deux spores sur chaque baside, alors que d'autres espèces d' Agaricus (et en fait la majorité des Basidiomycota) ont des basides à quatre spores.

Guide d'identification

Coiffe d'Agaricus bisporus

Casquette

Initialement hémisphérique, devenant convexe et finissant par s'aplatir. À maturité, le diamètre de la calotte est généralement compris entre 5 et 10 cm.

Branchies d'Agaricus bisporus

Branchies

Les branchies bondées sont étroites et libres; d'abord roses, ils deviennent rougeâtres puis brun chocolat à mesure que le fruit mûrit.

Tige

Mesurant entre 3 et 6 cm de haut et entre 1,5 et 2 cm.

Sous le double anneau membraneux non substantiel, la surface de la tige est squameuse.

Spores d'Agaricus bisporus

Les spores

De ovoïde à sous-globuleux, lisse, 4-7,5 x 4-5,5 µm.

Afficher une plus grande image

Spores d' Agaricus bisporus , champignon commercial

Les spores X

Impression de spores

Brun chocolat profond.

Basides d'Agaricus bisporus

Basidia

Deux spores - d'où le nom spécifique bisporus .

Odeur / goût

Ils ont une odeur de `` champignon '', bien sûr ...

Habitat et rôle écologique

Saprobie, dans les pâturages permanents et autres endroits herbeux.

Saison

Fin du printemps à l'automne.

Espèces similaires

Agaricus campestris , le champignon des champs, est très similaire mais possède des basides à quatre spores.

Notes culinaires

Il va sans dire qu'il s'agit d'un bon champignon comestible et de la minuscule minorité de champignons comestibles considérés comme sûrs à manger crus. Les champignons à tête très pâle vendus dans la plupart des supermarchés sont une forme dérivée d' Agaricus bisporus , qui à l'état sauvage a un chapeau brun comme le montre l'image principale ci-dessus. Lorsqu'ils sont complètement développés, les chapeaux sont parfois appelés champignons Portobello (parfois orthographiés Portobella).

Sources de référence

Pat O'Reilly (2016) Fasciné par les champignons ; Première nature

Liste BMS des noms anglais des champignons

Le genre Agaricus en Grande - Bretagne , 3e édition, auto-publié, Geoffrey Kibby 201

Dictionnaire des champignons ; Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers; CABI, 2008

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.