Polyporus brumalis, champignon polypore d'hiver

Embranchement: Basidiomycota - Classe: Agaricomycètes - Ordre: Polyporales - Famille: Polyporaceae

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Identification - Notes culinaires - Sources de référence

Polyporus brumalis - Polypore d'hiver

Polyporus brumalis est un polypore d'hiver qui pousse sur les branches tombées des arbres à feuilles caduques. Les pores de ces polypores à coiffe mince ne peuvent pas être détachés de la couche supérieure de la coiffe. Dur et non comestible, ce ne sont pas des champignons à cueillir comme nourriture; cependant, les bouchons séchés sont parfois utilisés comme décorations de table ou comme contributeurs inertes au pot pouri.

Parce qu'il s'agit d'une espèce si tardive, ce champignon fascinant est communément appelé le polypore d'hiver.

Polyporus brumalis - Polypore d'hiver, Slovénie

Distribution

Polyporus brumalis est assez commun et répandu dans la majeure partie de la Grande-Bretagne et de l'Irlande. Il se produit également dans toute l'Europe continentale et dans de nombreuses régions d'Asie et d'Amérique du Nord.

Bien camouflés parmi les feuilles tombées, ces chapeaux bruns en forme d'entonnoir peuvent être difficiles à repérer, mais quand vous en rencontrez un, il y a souvent un petit groupe sur la même bûche tombée.

Histoire taxonomique

Le polypore d'hiver a été décrit scientifiquement en 1794 par Christiaan Hendrik Persoon, qui a créé son basionyme en lui donnant le nom binomial scientifique Boletus brumalis . en 1821, le mycologue suédois Elias Magnus Fries a transféré cette espèce à son genre actuel, auquel point son nom scientifique actuellement accepté Polyporus brumalis a été établi.

Polyporus brumalis - Polypore d'hiver, Pays de Galles

Les synonymes de Polyporus brumalis comprennent Boletus fuscidulus Schrad., Boletus brumalis Pers. Et Polyporus fuscidulus Schrad.) Fr.

Étymologie

Le nom générique Polyporus signifie `` avoir de nombreux pores '', et les champignons de ce genre ont en effet des tubes se terminant par des pores (généralement très petits et nombreux) plutôt que des branchies ou tout autre type de surface hyméniale.

L'épithète spécifique brumalis signifie «d'hiver» et est une autre référence à l'émergence de cette espèce principalement dans les mois les plus froids de l'année.

Les corps fruitiers de ce petit polypore coriace sont très lents à pourrir (et les insectes doivent trouver beaucoup d'autres champignons beaucoup plus faciles à mâcher!). En conséquence, vous pouvez vous attendre à trouver des polypores d'hiver tout au long de l'été, mais avec des surfaces de pores sombres (voir à gauche) et ne produisant plus de spores.

Guide d'identification

Casquette de Polyporus brumalis

Casquette

La surface supérieure de la calotte de ce polypore occasionnel est lisse et généralement gris-brun mais de couleur très variable et souvent zonée. En vieillissant, les corps du fruit deviennent beaucoup plus sombres.

De 2 à 8 cm de diamètre et avec une chair de calotte de 1 à 5 mm d'épaisseur, les organes de fructification ont généralement des bords enroulés et souvent quelque peu ondulés. La chair est blanche et coriace, devenant très dure par temps sec.

Dessous (pores) de Polyporus brumalis

Tubes et pores

Sous le bouchon, les tubes blancs sont emballés ensemble à une densité de 2-3 par mm; ils mesurent entre 0,1 et 0,4 mm de profondeur et se terminent par des pores blanchâtres qui deviennent chamois à mesure qu'ils vieillissent.

Les spores

Cylindrique ou en forme de saucisse, lisse, 4-7 x 2-2,5 µm; inamyloïde.

Impression de spores

Blanc.

Odeur / goût

Odeur légèrement champignon; goût pas distinctif.

Habitat et rôle écologique

Saprobie, limité aux feuillus morts - généralement des branches tombées et en particulier du hêtre.

Saison

De la fin de l'automne à la fin du printemps.

Espèces similaires

Polyporus ciliatus est très similaire mais a des pores beaucoup plus petits et plus denses.

Notes culinaires

Ce champignon polypore est trop résistant et insignifiant pour être d'un quelconque intérêt culinaire.

Sources de référence

Mattheck, C. et Weber, K. (2003). Manuel de la décomposition du bois dans les arbres . Association arboricole

Pat O'Reilly (2016). Fasciné par Fungi , First Nature Publishing

Liste BMS des noms anglais des champignons

Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers. (2008). Dictionnaire des champignons ; CABI.

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.