Leotia luba, Jellybaby, identification

Embranchement: Ascomycota - Classe: Léotiomycètes - Ordre: Leotiales - Famille: Léotiacées

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Identification - Notes culinaires - Sources de référence

Leotia lubrifa - Jelly Babies

Communément connus sous le nom de Jellybabies, ces champignons caoutchouteux ressemblent superficiellement à des champignons à bonnet et à tige, mais sous les chapeaux irréguliers, la surface est lisse plutôt que branchiale. Malgré leur nom commun, ces petits champignons d'aspect inoffensif ne sont pas comestibles.

Bien que les spécimens présentés ici soient jaune citron, il n'est pas rare de trouver des Jellybabies jaune doré ou même orange; les coiffes sont souvent sillonnées et alambiquées plutôt que lisses, brillantes et parfaitement bombées.

Leotia lubrifa - Jelly Babies, Angleterre

Distribution

Leotia lubrifa est commune mais localisée en Grande-Bretagne et en Irlande, où elle est présente dans toutes sortes de forêts mais le plus souvent avec des conifères. Cette espèce d'ascomycète est également présente dans la plupart des pays d'Europe continentale et en Amérique du Nord.

Histoire taxonomique

Lorsqu'en 1772, le mycologue italien Giovanni Antonio Scopoli a décrit scientifiquement cette espèce, il lui a donné le nom binomial Helvella lubrifa , établissant ainsi son basionyme. En 1794, Christiaan Hendrik Persoon a transféré cette espèce au genre Leotia (qui a été créé la même année par Persoon lui-même), après quoi son nom scientifique est devenu Leotia luba . Leotia lubrifa est l'espèce type de son genre.

Les synonymes de Leotia lubrifa comprennent Leotia gelatinosa Hill, Helvella luba Scop. Et Peziza cornucopiae Hoffm.

Étymologie

L'épithète spécifique lubrifa signifie visqueux, mais peut-être collant ou gommeux aurait pu être plus approprié.

Guide d'identification

Casquette de Leotia lubrifa

Casquette

Les coiffes sont initialement rondes mais développent rapidement des marges ondulées. Jusqu'à 15 mm de diamètre, mais plus généralement de 8 à 10 mm. La surface supérieure fertile est lisse, brillante et généralement brun verdâtre ou jaunâtre.

Tige

Généralement de 2 à 4 cm de hauteur, les tiges mesurent de 5 à 7 mm de diamètre et parfois légèrement aplaties avec une surface rugueuse (scurfy) et une chair pâle douce et gélatineuse à l'intérieur.

Leotia lubrifa, asque

Asci

Habituellement huit spores, typiquement 150 x 10 µm; entrecoupées de paraphyses filiformes.

Afficher une plus grande image

Asci de Leotia luba , champignon Jellybaby

asci X

Leotia lubrifa, spore

Les spores

Fusiforme, souvent incurvé, 20-25 x 5-6 µm; de 3 à 8 cloisons variables à maturité.

Afficher une plus grande image

Spore de Leotia luba , champignon Jellybaby

Spore X

Impression de spores

Blanc.

Odeur / goût

Pas distinctif.

Habitat et rôle écologique

Saprobie, dans les forêts de feuillus et de conifères, souvent à côté des sentiers ou poussant sur les rives des fossés de drainage, en particulier parmi les mousses humides de la fougère dissimulée.

Saison

Août à octobre en Grande-Bretagne et en Irlande.

Leotia infundibuliformis

Espèces similaires

Leotia infundibuliformis (Schaeff.) Fr. (peut-être représenté sur la gauche) est de taille et de couleur similaires, mais il développe un capuchon en entonnoir sous lequel la surface ridée est décurrente à la tige - ressemblant un peu à Cantharellus tubaeformis . Cette espèce est très rare, avec un seul signalement britannique; on le trouve plus souvent dans certaines régions du sud de l'Europe. Les spécimens montrés à gauche ont été vus près de Monchique dans le sud du Portugal.

Leotia viscosa est de taille et de forme similaires à Leotia lubrifa, mais cette espèce rare diffère par son chapeau vert foncé.

Leotia lubrifa, Jelly Babies, centre de l'Écosse

Notes culinaires

Bien que certains guides de terrain suggèrent qu'il s'agit de champignons comestibles, d'autres affirment qu'ils ne sont pas comestibles. L'opinion majoritaire semble être que malgré leur nom commun Jellybaby, ces champignons ne présentent aucun intérêt culinaire significatif.

Sources de référence

Fasciné par les champignons , Pat O'Reilly 2016.

Dennis, RWG (1981). Ascomycètes britanniques ; Lubrecht & Cramer; ISBN: 3768205525.

Breitenbach, J. et Kränzlin, F. (1984). Champignons de Suisse. Volume 1: Ascomycètes . Verlag Mykologia: Lucerne, Suisse.

Medardi, G. (2006). Ascomiceti d'Italia. Centro Studi Micologici: Trente.

Dictionnaire des champignons ; Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers; CABI, 2008

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.