Clavaria zollingeri, identification du champignon violet corail

Embranchement: Basidiomycota - Classe: Agaricomycètes - Ordre: Agarcales - Famille: Clavariacées

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Identification - Sources de référence

Clavaria zollingeri, corail violet

Ce magnifique champignon violet ressemblant à un corail ne se trouve que très rarement. Les corps fruitiers à ramification dichotomique peuvent mesurer jusqu'à 10 cm de haut et sont initialement violets mais deviennent gris-brun terne lorsqu'ils sont vieux. C'est une espèce non comestible et est si rare qu'elle ne devrait pas être cueillie sauf pour des recherches importantes.

Distribution

Rares en Brtain et en Irlande, la plupart des enregistrements proviennent du Pays de Galles et d'Angleterre avec seulement quelques sites connus en Irlande du Nord et en Écosse. Cette espèce est beaucoup plus commune dans certaines régions de l'est de l'Amérique du Nord.

Histoire taxonomique

Décrit en 1846 par le mycologue français Joseph-Henri Léveillé (1796 - 1870), ce champignon du club de fées a reçu le nom scientifique Clavaria zollingeri qui a été généralement accepté comme son basionyme.

Les synonymes de Clavaria zollingeri comprennent Clavaria amethystina , Clavulina amethystina et Clavaria lavandula Peck.

Étymologie

L'épithète spécifique rend hommage au botaniste suisse Heinrich Zollinger (1818-1859), spécialisé dans l'étude du genre Clavaria .

Guide d'identification

Initialement pâle à violet foncé, ce champignon très corallien peut avoir des extrémités arrondies ou modérément anguleuses sur ses branches externes.

Le corps du fruit entier mesure de 3 à 10 cm de haut et généralement d'une largeur similaire. Les tiges individuelles mesurent généralement de 4 à 7 mm de diamètre.

Les spores

Largement ellipsoïde à sous-globulaire, lisse, 4-7 x 3-5 µm.

Impression de spores

Blanc.

Autres caractères microscopiques

Les basides sont à quatre spores et il n'y a pas de connexions de serrage; cela différencie Clavaria zollingeri de la Clavulina amethystina macroscopiquement similaire , une espèce européenne qui a des basides à deux spores et des connexions de serrage entre les sections hyphes.

Odeur / goût

Pas distinctif.

Habitat et rôle écologique

Dans les forêts de feuillus et de conifères ainsi que dans les prairies de haute qualité (non améliorées), y compris les anciennes pelouses, les parcs, les cimetières et les pâturages de moutons. La réserve naturelle nationale de Gait Barrows, dans le Lancashire, en Angleterre, et à Rothiemurchas, près d'Aviemore en Écosse, sont deux sites où cette espèce est assez fréquemment observée.

Saison

De juillet à novembre en Grande-Bretagne et en Irlande.

Occurrence

Rare en Grande-Bretagne et en Irlande mais assez commun dans les régions orientales de l'Amérique du Nord.

Espèces similaires

Clavulinopsis umbrinella est une espèce de prairie beige rosâtre avec une base de tige fusionnée plus pâle que ses branches.

Clavulina rugosa est plus petite et blanche avec une ou quelques branches en forme de club avec des pointes émoussées.

Sources de référence

Fasciné par les champignons , Pat O'Reilly 2016.

Dictionnaire des champignons ; Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers; CABI, 2008

Léveillé JH. (1846). "Descriptions des champignons de l'herbier du Muséum de Paris". Annales des Sciences Naturelles, Botanique. III - 5: 111–67.

Mitchel D. "Clavaria zollingeri - le corail violet" . Espèces prioritaires d'Irlande du Nord. Musées nationaux d'Irlande du Nord. Manquant ou vide | url = (aide); | accessdate = requiert | url = (aide)

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.

Remerciements

Cette page comprend des photos aimablement fournies par Billie Becker.