Gymnopus fusipes, champignon Spindleshank

Embranchement: Basidiomycota - Classe: Agaricomycètes - Ordre: Agaricales - Famille: Marasmiaceae

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Identification - Notes culinaires - Sources de référence

Gymnopus fusipes - Spindleshank

La tige en forme de fuseau caractéristique de ce champignon est souvent enterrée et visible seulement après l'excavation. Le Spindleshank est présent en touffes presque toujours sur les racines basales des feuillus, notamment le hêtre et les chênes, bien que très occasionnellement cette espèce pousse sur les racines de conifères. Une autre caractéristique d'identification utile des Spindleshanks est leur très large espacement des branchies - beaucoup plus large que les autres `` durshanks ''. (Les minuscules champignons parasites sur les branchies illustrés ici sont Spinellus fusige r.)

Spindleshanks, Gymnopus fusipes, vue latérale

Gymnopus fusipes est l'espèce type du genre Gymnopus .

L'infection par le mycélium de ce champignon forestier est à l'origine d'une pourriture des racines des chênes, principalement le chêne pédonculé Quercus robur , et le chêne rouge du nord, Quercus rubra . En plus de voir les fructifications fongiques à l'automne, des signes de la maladie sont souvent visibles sous la forme d'une détérioration de la couronne des arbres affectés, bien que ce ne soit pas toujours le cas.

Les arbres sains à croissance rapide semblent mieux résister aux attaques de ce champignon que les arbres à croissance plus lente qui ont déjà du mal à survivre.

L'humidité du sol semble être un facteur critique dans l'incidence de ce type de pourriture des racines, car Gymnopus fusipes a tendance à montrer une préférence marquée pour les sols moyennement secs à très secs ou sableux plutôt que les sols gorgés d'eau.

Spindleshanks - Jeunes fruits

Lorsque les jeunes champignons Spindleshanks apparaissent pour la première fois à la base d'un arbre, ils ressemblent à une poignée de gros clous en cuivre. Dans le groupe illustré à gauche, vu dans le sud du Portugal, le temps sec a provoqué la division longitudinale des tiges tubby.

Distribution

Récurrent sur ou à côté des racines basales des chênes et parfois des hêtres, Gymnopus fusipes est présent dans les bois et les parcs de la Grande-Bretagne et de l'Irlande; on le trouve également sur le continent européen, où il est particulièrement commun dans les pays chauds et secs du centre et du sud, et dans de nombreuses régions d'Asie. Aux États-Unis et au Canada, ce champignon est considéré comme une espèce envahissante et un ravageur grave, car il cause beaucoup de dégâts à Quercus rubra , le chêne rouge du Nord, qui serait beaucoup plus sensible à la pourriture des racines de Spindleshank que les chênes européens. sont.

Gymnopus fusipes, New Forest, Hampshire UK

Histoire taxonomique

Le basionyme de cette espèce date de 1791, lorsque le mycologue français Jean Baptiste François (Pierre) Bulliard décrivit Spindleshanks et leur donna le nom scientifique Agaricus fusipes . (À ces débuts de la taxonomie des champignons, la plupart des champignons branchiaux étaient initialement inclus dans le genre Agaricus !) C'était le mycologue britannique Samuel Frederick Gray (1766-1828) qui en 1821 transféré ce champignon au genre Gymnopus , créant ainsi le nom binomial Gymnopus fusipes par lequel Spindleshank est généralement accepté aujourd'hui.

Jusqu'à tout récemment, la plupart des guides de terrain faisaient référence à Spindleshanks par le nom scientifique Collybia fusipes , un nom donné à cette espèce par Lucien Quelet en 1872, et de nombreuses sources en ligne faisant autorité ne reflètent pas encore la redistribution récente de nombreuses anciennes espèces de Collybia à d'autres genres tels que Gymnopus et Rhodocollybia .

Les synonymes de Gymnopus fusipes comprennent Agaricus crassipes Schaeff., Agaricus oedematopus Schaeff., Agaricus contortus Bull., Agaricus fusiformis Bull., Agaricus fusipes Bull., Collybia crassipes (Schaeff.) P. Kumm., Collybia fusipes (Bull.) Quél., Agaricus lancipes Fr., Collybia lancipes (Fr.) Gillet, Collybia oedematopoda (Schaeff.) Sacc., Et

Rhodocollybia fusipes (Bull.) Romagne.

Gymnopus fusipes, France

Étymologie

Gymnopus , le nom générique, vient de Gymn - signifiant nu ou nu, et - pus signifiant pied (ou, dans le cas d'un champignon, tige). L'épithète spécifique fusipes signifie `` avec des tiges en forme de fuseau '' et, en effet, le plus souvent, les tiges sont enflées au centre et se rétrécissent fortement vers la base - en particulier lorsque, comme c'est le plus souvent le cas, ces champignons se produisent en touffes plutôt que séparément.

Guide d'identification

Casquette de Gymnopus fusipes

Casquette

Convexe, s'aplatissant avec une marge incurvée irrégulière au moins jusqu'à maturité complète; 3 à 7 cm de diamètre; brun, souvent avec des taches brun foncé.

Branchies de Gymnopus fusipes

Branchies

Blanc, teinté de brun havane, développant des taches rouillées; annexé ou gratuit; très largement espacées.

Tige

Blanc près de l'apex, bronzé vers la base; en forme de fuseau et généralement rainuré et parfois doublé longitudinalement; 7 à 15 cm de long et 0,8 à 1,5 cm de diamètre; pas de bague de tige.

Spores de Gymnopus fusipes, Spindleshank

Les spores

Ellipsoïdale à en forme de pépin, lisse, à paroi mince, 4-6 x 2-3 μm; hyalin.

Afficher une plus grande image

Spores de Gymnopus fusipes , Spindleshank

Spores, Gymnopus fusipes X

Impression de spores

Blanc.

Odeur / goût

Pas distinctif.

Habitat et rôle écologique

Parasite / saprobie sur les racines basales des arbres principalement feuillus, en particulier les chênes et moins communément le hêtre.

Saison

Juillet à octobre en Grande-Bretagne et en Irlande; plusieurs semaines plus tard dans le sud de l'Europe.

Espèces similaires

La forme distinctive de la tige rend presque impossible de confondre cette espèce avec l'un des autres champignons forestiers communs.

Notes culinaires

Gymnopus fusipes est enregistré comme `` comestible mais ne vaut pas la peine '' dans certains guides de terrain, mais dans tous les cas, ces champignons sont trop durs pour être tentants et ne valent donc pas la peine d'être considérés comme un objet de collection culinaire.

Sources de référence

Fasciné par les champignons , Pat O'Reilly 2016.

Dictionnaire des champignons ; Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers; CABI, 2008

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.

Remerciements

Cette page comprend des photos aimablement fournies par David Kelly.