Galerina graminea, Turf Bell

Embranchement: Basidiomycota - Classe: Agaricomycètes - Ordre: Agaricales - Famille: Strophariaceae

Distribution - Histoire taxonomique - Etymologie - Toxicité - Identification - Sources de référence

Galerina graminea

Galerina graminea, avec ses branchies largement espacées et ses minuscules calottes orange, est une vue commune et très bienvenue dans les pelouses et les parcs de jardin. C'est l'une des très rares espèces de Galerina à pouvoir survivre dans une herbe sans mousse, bien qu'elle soit beaucoup plus fréquente dans les pelouses moussues.

Identifier avec certitude les nombreux petits champignons Galerina et Mycena qui apparaissent sur les pelouses nécessite un examen microscopique (assisté de préférence par des tests chimiques!).

Galerina graminea, Portugal

Distribution

Galerina graminea est une vue assez courante sur les pelouses et les parcs riches en chaux en Grande-Bretagne et en Irlande, mais peu fréquente dans les zones neutres et acides. Cette espèce est également enregistrée dans la plupart des pays d'Europe continentale et en Amérique du Nord.

Galerina graminea, centre du Pays de Galles

Histoire taxonomique

Ce joli petit champignon a été pendant de nombreuses années mieux connu sous le nom scientifique Galerina laevis , dérivé des noms proposés par Christiaan Hendrik Persoon - Galeria laevis et Agaricus laevis . Le basionyme a été créé en 1921 lorsque le mycologue tchèque Josef Velenovský (1858 - 1949) a décrit cette espèce et lui a donné le nom de Galera graminea . C'est le mycologue allemand Robert Kühner (1903 - 1996) qui a transféré cette espèce au genre Galerina , établissant ainsi son nom binomial actuellement accepté Galerina graminea.

Les synonymes de Galerina graminea incluent Agaricus laevis Pers., Galera graminea Velen. Et Galerina laevis Singer.

Galerina graminea dans le sud de la France

Étymologie

Galerina signifie `` comme un casque '', tandis que l'épithète spécifique graminea signifie `` de l'herbe '' - une épithète appropriée pour ce petit champignon des prairies.

Toxicité

Galerina graminea est décrite dans de nombreux guides de terrain comme non comestible ou suspecte. Compte tenu du fait que d'autres champignons de ce genre sont connus pour être des crapauds toxiques - par exemple Galerina marginata contient des amatoxines toxiques mortelles qui sont les mêmes types de substances qui rendent Amanita phalloides , le Death Cap, si dangereux - cette espèce ne devrait pas être collectés pour manger. Il est peu probable que quiconque veuille chasser ces petits champignons peu substantiels et rares pour se nourrir, mais ils pourraient facilement être cueillis par erreur lors de la collecte de Marasmius oreades (Champignons de fée) qui poussent dans les mêmes habitats. Cela souligne à nouveau l'importance de vérifier chaque spécimen recueilli pour être mangé.

Guide d'identification

Casquette de Galerina graminea

Casquette

Initialement convexe puis en forme de cloche ou légèrement ombonée avec une marge striée; Orange; 5 à 15 mm de diamètre une fois complètement déployé.

Branchies et tige de Galerina graminea

Branchies

Largement espacés. Orange; annexé, parfois presque gratuit.

Tige

1 à 2 mm de diamètre et 2 à 5 cm de hauteur; cylindrique, orange plus pâle que la calotte.

Galerina graminea s; pore

Les spores

Ellipsoïdal, 7-9,5 x 4-5 μm; lisse ou finement verruqueuse.

Afficher une plus grande image

Spores de Galerina graminea , Turf Bell

les spores X

Impression de spores

Marron.

Odeur / goût

Odeur non significative; goût légèrement amer.

Habitat et rôle écologique

Sur sol herbeux dans les bois de conifères et de feuillus et dans les prairies courtes ou tondues, le plus souvent sur des sols riches en calcium.

Saison

De juin à décembre en Grande-Bretagne et en Irlande.

Espèces similaires

Kuehneromyces mutabilis , un champignon beaucoup plus gros, est similaire dans la gamme de couleurs mais a un centre de chapeau pâle et une marge plus foncée; il ne pousse pas dans l'herbe mais se limite principalement aux substrats de bois dur.

Sources de référence

Fasciné par les champignons , Pat O'Reilly 2016.

Dictionnaire des champignons ; Paul M. Kirk, Paul F. Cannon, David W. Minter et JA Stalpers; CABI, 2008

L'histoire taxonomique et les informations sur les synonymes de ces pages sont tirées de nombreuses sources, mais en particulier de la GB Checklist of Fungi de la British Mycological Society et (pour les basidiomycètes) de la liste de contrôle de Kew des Basidiomycota britanniques et irlandais.